Retour accueil CultureTravail du sol et implantationLe semis
Imprimer

Le semis, une étape clé !

Vous cherchez un prestataire pour semer ?

L'ADBFM vous propose un service en ligne gratuit pour recenser les prestataires proches de chez vous.

 

Voir la carte des prestataires


A découvrir sur le site...

Culture Biologique

La culture de betterave fourragère en agriculture biologique requiert les mêmes besoins que pour l’agriculture conventionnelle. Cependant, certaines étapes sont spécifiques et vont permettre « d’assurer » une bonne récolte malgré les contraintes liées à cette pratique. Cette page présente ces particularités mais l’ensemble des informations de base relatives à la culture, à... Lire la suite
Plantule de betterave fourragère
Plantule de betterave fourragère
La plantule est sensible au froid sous -3°C
Plantule de betterave fourragère

D’une manière générale, pour obtenir un bon rendement, l’idéal est de semer dès que les conditions pédoclimatiques le permettent. Les conditions optimales de levée sont caractérisées par un sol bien ressuyé dont la température est de 8°C minimum. Cependant, des dégâts de gel sont possibles dès que la température extérieure descend en dessous de -3°C. De plus, les semis précoces sont souvent la cible des attaques de limaces. Il faut donc savoir être patient et semer entre le 15 mars et le 15 avril afin de limiter ces risques au maximum.

 

 

 

 

Les semences monogermes permettent les semis en place en utilisant des semoirs de précision. Les semences nues sont semées avec un semoir pneumatique et les semences enrobées avec un semoir pneumatique ou mécanique.

 

Influence de la date de semis sur le rendement (étude ITB)

Plusieurs essais ont été mis en place à l’ITB (Institut Technique de la Betterave) pour mesurer l’impact de la date de semis sur la productivité. A chaque fois que les semis se déroulent dans de bonnes conditions, les plus précoces ont un rendement final nettement avantagé. L’ITB a montré l’effet primordial de la date de semis sur le rendement qui ne peut pas être compensé par un allongement de la durée de végétation à l’automne. C’est la rapidité de l’implantation qui compte pour convertir le rayonnement solaire des jours chauds et longs de mai et juin en biomasse par les feuilles.

Ce graphique montre l’évolution du taux de couverture mesuré dans différentes parcelles regroupées par classes de dates de semis. Il existe un lien direct entre précocité de date de semis et précocité de couverture foliaire. Le 14 juin, les parcelles semées du 12 au 17 mars étaient à 92% de couverture alors que celles semées du 1er au 5 avril à seulement 44 %.

 

Graphique impact date de semis sur recouvrement
Graphique impact date de semis sur recouvrement
D'après une étude de l'ITB
tags : semis | essai
Graphique impact date de semis sur recouvrement

 

 

Bien positionner les semences

Semis avec un semoir à maïs
Semis avec un semoir à maïs
L'écartement est règlé à 45 cm
Semis avec un semoir à maïs

Pour une levée homogène et une implantation régulière, la vitesse de semis doit être relativement lente, environ 4 km/h. La profondeur de semis doit être très homogène, 2 à 3 cm est un très bon compromis entre positionnement de la graine dans le sol et pouvoir germinatif. Il est déconseillé de les enfouir trop profondément car les plantules auront plus de difficultés à percer la croute de terre.

 

Il faut en moyenne 150 ° JOURS soit 10 jours à 15° dans le sol pour qu’une graine semée à 1,5 cm de profondeur germe. Cette valeur est aléatoire en fonction des températures du sol au moment du semis et de l’hygrométrie autour de la graine.

 

 

 

 

 

Influence de la profondeur de semis sur la rapidité de levée (étude ITB)

Sur ce graphique, nous observons que la meilleure levée est obtenue pour la profondeur de 2,4 cm. C’est à cette profondeur que la levée est la plus rapide. Lorsque la profondeur de semis augmente, la levée est plus lente, la hauteur à traverser par la plante est plus grande. Les conditions de cet essai après sa mise en place (temps sec, pas de battance) font que les deux semis profonds n’ont pas été beaucoup pénalisés.

Graphique impact profondeur semis
Graphique impact profondeur semis
D'après une étude de l'ITB
tags : semis | sol | essai
Graphique impact profondeur semis

Respecter la densité

Les meilleurs rendements sont obtenus avec des densités comprises entre 90 à 100 000 plantes/ha. Bien que la germination avoisine les 90%, le taux de levée au champ est plus faible car les conditions de levée ne sont pas optimales. Il convient donc de semer entre 120 à 130 000 graines/ha pour obtenir le peuplement souhaité. La maîtrise de la densité est primordiale car les manques à la levée ne seront pas compensés par la suite, laissant ainsi le champ libre à l’envahissement par les adventices. Cela peut induire une diversité dans la taille et la forme des racines compliquant aussi la récolte.

 

Opter pour le bon écartement

Pour obtenir ces densités, les rangs doivent être espacés de 45 ou 50 cm. Un tracteur équipé de roues étroites sera alors indispensable pour les futures opérations culturales et en particulier pour l’arrachage mécanique. Sans cet équipement, une technique alternative est possible. Elle consiste à semer avec deux écartements de 45 cm et un de 60 cm réservé au passage des roues. Les écartements à 75 cm favorisent le salissement des parcelles, ils sont donc à éviter.

 

Ecartement inter-rangs
Ecartement inter-rangs
Laisser des rangs plus larges pour le passage du tracteur
tags : semis | matériel |
Ecartement inter-rangs

Adapter le peuplement aux réglages

Pour atteindre le peuplement optimal en fonction des réglages du semoir, il est possible d’intervenir sur l’écartement des semences sur le rang. Le tableau suivant récapitule les différentes possibilités de réglage.

 

Peuplement recherché 90 à 100 000
Ecartement entre rangs en cm 45 50
Ecartement des graines sur le rang en cm 17 18 19 16 17
Nombre de graines à semer à l'hectare 130 000 125 000 120 000 125 000 120 000

 

La réussite de la culture sera directement fonction de la qualité de la préparation du sol et des conditions de semis, il est donc essentiel d’apporter le plus grand soin à cette opération.

 

La protection des jeunes plantules

Pendant la phase d'implantation, il est nécessaire de protéger les jeunes plantules contre les parasites du sol. Pour cela il est conseillé d'utiliser des semences traitées avec des produits efficaces contre les fontes des semis et les insectes du sol.

 

Ce qu'il faut retenir

 

Pratiques conseillées

• Semer à une profondeur homogène de 2 à 3 cm lorsque le sol est réchauffé.

• Préférer un écartement de 45 cm entre les rangs pour limiter le salissement.

• Semer à une densité de 120 000 à 130 000 graines par hectare pour optimiser le rendement.

• Vérifier le positionnement des graines dans le sol sur tous les rangs après avoir semé sur une vingtaine de mètres.

Pratiques déconseillées

• Semer trop tardivement car l’impact sur le rendement est important. Notamment si l’été est sec et que les jeunes plantes n’auront pas eu le temps de développer une racine leur permettant de résister à la sécheresse.

• Semer à un écartement de 75 cm qu ifavorise le salissement des parcelles.

La betterave fourragère pour mon élevage

  • mentions légales |

  • contact |

  • © Betteraves Fourragères 2017 | mise à jour : 15/11/2014