Retour accueil Biologie et VariétésBiologie de la Betterave
Imprimer

Biologie de la Betterave Fourragère


A découvrir sur le site...

Le Désherbage

La betterave fourragère est une culture bénéficiant d’un excellent potentiel de rendement mais pouvant être fortement affecté si la culture est en concurrence avec les adventices.   Lire la suite

Fiche d'identité

Plante de betterave fourragère
Plante de betterave fourragère
La plante qui assure rendement et qualité
Plante de betterave fourragère

- Classement botanique : dicotylédone

- Famille : Chénopodiacées

-  Genre : Beta

- Espèce (nom latin) : Beta vulgaris

- Cycle : Plante bisannuelle mais la culture de la betterave fourragère est annuelle (7 à 8 mois)

- Ploïdie : Naturellement diploïde (2n = 18) mais la sélection a permis la création de variétés tétraploïdes plus productives mais moins riches en matière sèche. Les sélectionneurs se concentrent depuis 1995 environ sur des diploïdes ou triploïdes (diploïde X tétraploïde) qui améliorent le rendement global MS/Ha.

- PMG : Sur semences enrobées, il est compris entre 13 et 16 gr.

 

Cycle de croissance

Cycle de la betterave fourragère
Cycle de la betterave fourragère
Une plante bisanuelle mais une culture annuelle
Cycle de la betterave fourragère

Bisannuelle, on distingue chez la betterave une période végétative la première année (croissance et accumulation des réserves) et une période reproductive la seconde année.

 

 

1° Année :

La betterave fourragère ne présente pas de véritables stades morphologiques lors de la première année de croissance végétative où l’on distingue deux grandes périodes de croissance lors de cette année de mise en réserve : la période juvénile en 3 phases et la période d’adolescence (CANEILL, 1994 – Source ITB).

 

 

 

La période juvénile :

- Germination au stade « 2 feuilles vraies » (St1)

L’imbibition de la semence en terre permet une réactivation métabolique appelée germination. L’hypocotyle pousse les cotylédons hors de terre : la germination est épigée. Sous l’influence des conditions d’environnement du lit de semence (température, eau, oxygène, état structural), la croissance de la plantule sous terre se réalise grâce aux seules ressources présentes initialement dans la semence (DÜRR, 1994).

- Du stade « 2 feuilles vraies » au stade « 6 feuilles » Les premières radicelles apparaissent au cours de cette phase.

- Du stade « 6 feuilles » au stade « 16 feuilles » (St2) C’est une phase critique pour la plante. Les feuilles se différencient et le sucre (valeur alimentaire) commence à s’accumuler dans la jeune racine.

 

La période d’adolescence :

De nouvelles feuilles se différencient toujours et demeurent en rosette. Le bouquet foliaire atteint sa pleine végétation. Jusqu’à la formation de 40 feuilles (cumulées), ce qui correspond à la période juin-juillet, l’absorption des éléments nutritifs est intense et la photosynthèse active. La racine progresse de façon exponentielle, mais plus que le bouquet foliaire. Le rapport Racines/Feuilles est encore faible (St3).

Enfin, les deux derniers mois du cycle cultural (août-septembre) se caractérisent par l’accumulation des réserves. La racine croît toujours et la masse foliaire diminue (St4). Le rapport Racines/Feuilles augmente.

A la fin de cette période d’adolescence (mois d’octobre), la racine a atteint sa structure, son poids et sa composition. Il n’y a plus qu’à la récolter.

 

2° Année :

Suite au phénomène de vernalisation (voir caractéristiques sur cette page), la seconde année se décompose en trois étapes :

- Elongation de la tige en mai qui peut atteindre 1,5 mètre de hauteur.

- Floraison en juin à partir des fleurs hermaphrodite à fécondation croisée.

- Maturation des graines début août.

C’est donc pour cette raison que la production de semences de betteraves fourragères est réalisée sur 2 ans. Les conditions requises pour la production de semences sont différentes de la culture, la principale zone de production est donc basée dans le Sud-Ouest de la France.

 

Composition de la racine

Betterave fourragère racine jaune 2
Betterave fourragère racine jaune 2
Betterave fourragère racine jaune 2

- 14 à 22 % sucres, glucose, lévulose, saccharose…

- 3 % de cendres, K, Na, Mg, Ca.

- 2 % substances pectiques.

- 2 à 3 % d'acides aminés (glutamique, bétaïne).

 

Exigences climatiques et agronomiques

Parcelle de betteraves avant la récolte
Parcelle de betteraves avant la récolte
Soigner la culture pour en tirer le meilleur !
Parcelle de betteraves avant la récolte

Eau :   

Les besoins sont de 600 à 700 mm pour avoir un rendement de récolte de 15 à 20 tonnes de Matière Sèche par hectare. En avril, au moment de la levée, le lit de germination doit être humide mais un excès est nuisible car il peut provoquer des phénomènes d'asphyxie.

L’été la pluviométrie doit être abondante (80 à 90 mm) afin d'obtenir un maximum de rendement en poids. Au contraire, en septembre - octobre la pluviométrie doit rester faible pour limiter la dilution de la valeur dans la racine.

Températures :

La betterave fourragère demande du semis à la récolte, environ 2400 à 2800°C. La graine commence à germer à partir de 3,5 °C et il faut environ 150 ° jours soit 10 jours à 15°C dans le sol pour qu’une graine semée à 1,5 cm de profondeur émerge (variable en fonction des conditions). Les gelées de printemps en dessous de -3°C peuvent provoquer des dégâts physiologiques ou mécaniques. En période active de tubérisation, les températures les plus favorables sont de 23-25°C le jour et de 12-15°C la nuit.

 

Lumière :

C'est un élément moteur de la croissance et un facteur déterminant pendant l’ensemble du cycle de la plante. Pour cette raison il est indispensable d'obtenir une couverture rapide du sol et son maintien dans des conditions sanitaires optimales jusqu'à la récolte afin de bénéficier du maximum de radiation solaire. Il est donc primordial, face à l’installation lente de la betterave de limiter au maximum la concurrence à la lumière par les adventices.

 

Sol :

Pour la betterave, le sol optimum contient 2 à 4 % de matière organique (meilleure structure et efficacité fumure azotée) et 15 à 20 % d'argile. Il est possible cependant de cultiver la betterave fourragère dans une large palette de sols et presque partout en France. On évitera cependant les sols dont la couche de terre arable est faible. Les cailloux sont également problématiques car ils compliquent le développement des racines  et peuvent engendrer de la casse de matériel lors de la distribution. Il existe cependant des solutions mécaniques pour enlever les cailloux : l’épierreur.

Le pH convenable se situe entre 6,5-8 mais l'optimum se situe entre 7-7,5.

 

Les différences avec la betterave sucrière

Cousine proche de la betterave fourragère et toute deux issues au début de la sélection des betteraves sauvages que l’on trouve sur le littoral (Beta vulgaris ssp. maritima), il existe depuis les années 1970 environ deux axes de sélection bien différents donc les plantes ont des caractéristiques différentes malgré les ressemblances.

 

- La betterave sucrière possède des racines blanches qui sont très enterrées. La teneur en sucre est plus élevée que pour les betteraves fourragères.

Entre 15 et 21 % de sucre qui sont principalement solubles (saccharose).

- La betterave fourragère possède des racines blanche, rose, jaune, rouge ou orange et elles sont plus ou moins enterrées. En fonction des variétés, la racine peut être ronde, ovale, conique... Entre 5 à 10 % de sucre soluble et plus de cellulose et hémi-cellulose que la betterave sucrière.

La betterave fourragère pour mon élevage

  • mentions légales |

  • contact |

  • © Betteraves Fourragères 2017 | mise à jour : 09/09/2016