Retour accueil CultureCulture biologiqueProtection de la culture
Imprimer

Protection de la culture


A découvrir sur le site...

Maladies et parasites

Des plantes saines pour une récolte de qualité
Les feuilles assurent l’activité photosynthétique des plantes et doivent par conséquent être indemnes de maladies pour ne pas affecter la productivité et la conservation des racines. L’essentiel des maladies qui affectent la culture aux différents stades de son développement est dû à des organismes pathogènes de type viral ou fongique. En cas de maladie du feuillage au début de l’été, il est... Lire la suite

Le désherbage mécanique

Le hersage :

L’appareil le plus utilisé pour cette opération reste la herse étrille. Le hersage se pratique lorsque la betterave atteint le stade 2 feuilles vraies. Il ne doit pas être agressif et la vitesse d’avancement doit être lente (3 km/h) pour ne pas casser le pivot encore fragile et ne pas recouvrir de terre les feuilles de la plante. A des stades plus tardifs, le hersage est toujours possible et recom­mandé.

 

Le binage :

Pratiqué seul ou en complémentarité avec le hersage, le binage peut être réalisé tôt, dès l’apparition des rangs de betteraves et autant de fois que nécessaire jusqu’à temps que l’inter-rang soit recouvert par les feuilles de betteraves. En effet, à chaque passage, le travail du sol favorise la levée de nouvelles graines. De plus, le binage offre de nombreux avantages : il favorise l’aération, le réchauffement et l’activité microbienne du sol et la minéralisation tout en économisant l’eau et en facilitant l’enracinement. Il est conseillé de biner le plus près possible du rang tout en évitant de déchausser les plantules. Des protèges plants à disque sont à ce stade indispensables. Avec un matériel précis et bien réglé, il est possible d’approcher la ligne à 2 cm pour un rendement horaire de 2h30 par ha. Les passages ultérieurs peuvent être effectués plus rapidement lorsque les plantes sont moins fragiles.

 

Le buttage :

Le dernier binage est à associer si possible avec un buttage en projetant la terre sur le rang. La butte de terre ainsi formée, ensevelit les plantules présentes sur le rang entre les betteraves, qui auraient pu lever de nouveau et concurrencer les plantes cultivées.

 

Le brulage ou désherbage thermique :

Cette technique qui consiste à bruler les feuilles, permet de désherber en localisé quand les conditions de ressuyage ne permettent pas de passer des outils mécaniques. Il s'utilise aussi en cas de forte infestation et en complément du binage. Le brulage consiste à créer un choc thermique par un passage bref de chaleur, qui va coaguler les protéines de la plante ou faire éclater ses cellules. Il détruira cependant aussi bien les adventices que les feuilles des betteraves. Afin de limiter les impacts sur le rendement (<10%), il est conseillé de bruler dès le stade 6 feuilles des betteraves. A ce stade, le pivot déjà installé permettra à la plante de repartir alors que les dicotylédones et les graminées annuelles seront détruites. Une intervention au stade 4 feuilles est cependant possible mais avec une perte de rendement plus importante (> 20%). Même avec une bonne maîtrise de la technique, le brulage aura un impact sur la productivité de la parcelle. Avec un rendement horaire de 3 heures par hectare, le brulage permet d’abaisser le rattrapage manuel à une vingtaine, voir à une dizaine d’heures.

 

En prélevée, juste avant la sortie des plantules de betterave, le brulage est possible et permet de désherber sans travailler la terre et donc sans provoquer une éventuelle nouvelle levée d’adventice. Il convient cependant de semer une semaine après la destruction du faux semis et sans travail du sol de façon à ce que les adventices soient bien levées au moment du désherbage thermique. Un semoir à disque est donc à privilégier puisqu’il limite au maximum le brassage du sol lors du semis.

 

Le désherbage manuel :

Incontournable en agriculture biologique, il peut toutefois être très limité si les techniques préventives et méca­niques ont bien réussi. Mais quelle que soit la ou les techniques utilisées, la maîtrise de l’enherbement ne peut se passer d’un passage manuel à la sarclette. En cas de parcelles sales, le temps à y consacrer peut avoisiner les 80 à 120 h/ha. Mais au printemps, les travaux sont nombreux sur une exploitation donc il est primordial de miser avant tout sur les techniques décrites ci-dessus.

 

Contrôle des maladies et ravageurs

Les maladies :

Concernant les maladies, il n’existe aucun produit homologué au cahier des charges de l’agriculture biologique, excepté contre l’oïdium pour lequel il est possible d’appliquer du souffre (vérifier la règlementation en vigueur). Seul le choix d’une variété résistante est à privilégier ainsi que le respect du délai de retour de la culture sur la parcelle. En vue de casser le cycle de dévelop­pement des champignons vecteurs de ramulariose, cercosporiose…, un délai de retour de minimum 4 ans sur la parcelle doit être respecté.

 

Les ravageurs :

Pour les ravageurs du sol type taupin, il convient d’effectuer un travail du sol correct pour perturber leurs cycles de développement, en remontant les larves en surface pour provoquer leur dessèchement. Quelques fertilisants naturels sont utilisés pour lutter indirectement contre les insectes du sol : à l’exemple du tourteau de ricin qui posséderait des propriétés insecticides et nématicides. Il est donc important de miser sur la prévention car en végétation, les parasites et en particulier les pucerons peuvent être vecteurs de maladies (jau­nisse par exemple).

 

Informations de base, photos et diagnostic des maladies :
Page "maladies et parasites"

 

Ce qu'il faut retenir :

 

Pratiques conseillées

- Surveiller la parcelle régulièrement après le semis pour intervenir tôt.

- Réaliser un hersage à la herse étrille dès le stade 2 feuilles des betteraves.

- Effectuer plusieurs binages en associant un buttage lors du dernier passage.

- Choisir des variétés résistantes aux maladies.

- Respecter un délai de 4 ans minimum avant de revenir sur la même parcelle.

- Le travail du sol avant le semis permet de limiter les populations de taupins.

Pratiques déconseillées

- Effectuer le binage sans disques protèges plants.

- Réaliser le binage lorsque les risques de pluies sont présents, cela limiterait le dessèchement des adventices.

- Démarrer le hersage trop tard quand les adventices sont déjà trop développées.

- Miser principalement sur le désherbage manuel très chronophage.

La betterave fourragère pour mon élevage

  • mentions légales |

  • contact |

  • © Betteraves Fourragères 2017 | mise à jour : 10/11/2014